La Fondation Paris-Dauphine récompense cinq nouveaux chercheurs

04.12.2018

Encourager la recherche et l’excellence : les Prix Jeunes Chercheurs de la Fondation Paris-Dauphine viennent récompenser chaque année de jeunes docteurs dauphinois en raison de la qualité de leurs travaux. Une cérémonie centrale dans la vie de l’université, placée, le 15 novembre dernier, sous le signe de l’intelligence artificielle.

Objet de recherche, au cœur de nombreux débats, l’intelligence artificielle était à l’honneur lors la dernière édition du Prix Jeune Chercheur de la Fondation Paris-Dauphine. En effet, Stéphane Mallat, professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences y donnait une conférence inédite : L’intelligence artificielle est-elle plutôt logique ou géométrique ? Un point de vue mathématique original pour comprendre les difficultés de l’apprentissage de l’intelligence.

À l'issue de cette conférence, cinq jeunes docteurs de Paris-Dauphine ont vu leurs travaux de recherche récompensés.

  • Suzanne Azizé pour sa thèse intitulée : L'évolution du rôle d'une organisation transcontinentale fondée sur la solidarité religieuse, réalisée au Centre de Recherche Droit Dauphine (CR2D), sous la direction de Jean-Luc Sauron.
  • Marion Dieudonné pour sa thèse intitulée : Émergence et développement de la théorie financière de l'entreprise avant 1929 : la contribution de Thorstein Veblen, réalisée au Laboratoire d'Économie de Dauphine (LEDa), sous la direction de Jérôme de Boyer des Roches.
  • Marine Le Mau de Talancé pour sa thèse intitulée : Accès et qualité de l'éducation dans les pays en développement, réalisée au LEDa, sous la direction de Philippe De Vreyer et de Najat El Mekkaoui de Freitas.
  • Margot Leclair pour sa thèse intitulée : La Créativité-en-action : arrangements et Affects au sein des Industries Créatives, réalisée à Dauphine Recherches en Management (DRM) sous la direction d’Isabelle Huault.
  • Raphaël Butez pour sa thèse intitulée : Polynômes aléatoires, gaz de Coulomb, et matrices aléatoires, réalisée au Centre de Recherche en Mathématiques de la Décision (CEREMADE), sous la direction de Djalil Chafaï.

Grâce au soutien de l'entreprise Accuracy, et en présence de l'un de ses associés, Henri Philippe, lui-même Docteur de Paris-Dauphine et donateur, la Fondation a pu remettre à chacun une bourse de 2 000€.