Prix Bernheim-Mazars : Une compétition difficile, mais très gratifiante

30.01.2019

Ils sont quatre étudiants dauphinois à avoir été récompensés par le prix Bernheim- Mazars pour leurs travaux de recherche. C’était le 10 décembre dernier. Retour sur une compétition prestigieuse.

C’est une jeune femme qui a remporté le premier prix. Pauline Pietroboni n’a pas hésité à multiplier les rencontres pour nourrir son mémoire : des associés de Mazars, à ceux de KPMG en passant par le médiatique député et mathématicien, Cédric Villani. « J’imagine que c’est ce qui a fait la différence » a déclaré l’étudiante. Le plus stressant pour la jeune lauréate ? « Le pitch, c’est une compétition difficile mais très gratifiante. »

Rapprocher les mondes de l’entreprise et de l’éducation

Pour la huitième année consécutive, l’Association Robert Mazars vient d’organiser en partenariat avec l’Université Paris-Dauphine, le Prix Bernheim-Mazars auprès des étudiants de sept masters ou magistère dauphinois (CCA, SIEE, Contrôle de Gestion, Business Consulting, Banque Finance, Audit et Financial Advisory, Magistère BFA). Ce prix est un hommage à Yves Bernheim, ancien associé de Mazars connu pour avoir, notamment, introduit les normes comptables internationales (IAS) en Europe. En s’associant avec Paris-Dauphine, Mazars réaffirme sa volonté de s’impliquer dans la recherche et d’être au plus près des étudiants. A travers ce prix, la société d’audit rappelle la nécessité de rapprocher les mondes de l’entreprise et de l’éducation, afin que ce dernier soit en parfaite adéquation avec la réalité du marché du travail.

Encourager l’excellence

Un jury mixte composé à la fois de professeurs de Dauphine et d’associés de la société d’audit et de conseil a récompensé les quatre meilleurs travaux de recherche conduits dans les domaines de l’audit financier, de la comptabilité, de la finance et des systèmes d’information.

  • 1er prix 5 000€ : Pauline PIETROBONI – Master SIEE : Quelles perspectives pour le métier d’auditeur, dans un environnement de digitalisation grandissant, façonné par l’intelligence artificielle ?
  • 2ème prix 3 000€ : Ludivine BERNARD – Master 202 : Dans quelle mesure la dynamique de contrôle dans les groupes de sociétés constitués de multiples filiales peut-elle évoluer et s’adapter aux caractéristiques des entités contrôlées ? Le cas d’un grand groupe de services à l’environnement.
  • 3ème prix 2 000€ : Killian DERRIEN – Master CCA : L’essor de la finance verte : limites et potentialité du marché des Green Bonds.
  • 4ème prix 1 000€ : Clémence DELION – Master CCA : La cotation des entreprises européennes sur les bourses américaines : Ré-Envisager cette décision à la lumière des changements réglementaires et financiers.

Félicitations !